Une Vie De Prière

Les prières et méditations ci-aprés ont été écrites par Axel Paasche - ©2017 Association "A à Zen".Toutes formes de reproductions strictement interdites.



Avant-propos

Depuis la nuit des temps, les hommes prient et méditent. Pour obtenir des choses. Pour obtenir des réponses à leurs questions. Pour guérir et aller mieux. Pour se connecter à un Dieu extérieur à eux, à des Dieux, ou à leur être intérieur.
La puissance de la prière individuelle ou collective, notamment en matière de guérison n’est plus à prouver. Des guérisons et des rémissions totales, qualifiées parfois de miraculeuses, ont été depuis des millénaires attribuées à la force de la prière.
Pour autant, dans le monde matérialiste et consumériste dans lequel nous sommes, il faut préciser que la prière n’est pas une recette de cuisine infaillible pour satisfaire tous les besoins et les caprices de notre ego.
Prières et méditations n’ont de sens que si elles s’inscrivent dans un chemin de Foi, c’est-à-dire de Confiance. Il n’est pas nécessaire de dire ici en qui ou en quoi je dois avoir confiance.
Cela appartient à chacun de se représenter le Principe non-manifesté comme il le souhaite ou le peut. L’important est de ne pas se perdre. Garder intact sa capacité à discerner. Voir le gouffre qui existe entre croyance et Foi. La croyance est une fabrication mentale, alimentée par l’émotionnel, dont les peurs sont une des composantes principales. Alors que la Foi est là, elle existe au-delà du mental et des explications. Elle surgit toujours de l’intérieur sans qu’il soit nécessaire de la provoquer. Elle est là, et ne demande qu’à s’exprimer si le mental-ego lui en laisse l’opportunité.
Ne pas se perdre signifie aussi ne pas sombrer dans l’idolâtrerie, la niaiserie, la magie, le fanatisme, l’imaginaire,… autant de pièges bien réels créés par le couple mental-émotionnel souvent très malade.
Le vocabulaire et les formules employées dans les prières peuvent parfois surprendre mais il ne faut pas s’attacher aux mots. Einstein disait lorsqu’on lui demandait s’il croyait en Dieu, « définissez d’abord Dieu, et ensuite je vous dirais si j’y crois ». Ainsi, un non-croyant pourra quand même lire ces prières car l’essentiel est de se concentrer sur ses ressentis et non sur les mots. Chacun mettra derrière les mots ce qui est juste pour lui.
L’évocation de Jésus sera souvent employée, non pour convaincre de sa réalité historique, mais comme symbole de l’enseignement le plus important que l’homme ait reçu susceptible d’ouvrir son cœur et sa conscience. Mais des références à d’autres Maîtres comme Bouddha, Mohammed ou autres, sont également présents, car tout être qui aide à l’ouverture mérite d’être cité par son œuvre plus que par son nom.